Bernard LEROUX

Pour parler d'un joueur en particulier ...
dorgda
Messages : 8995
Inscription : 27 déc. 2011, 17:36

Bernard LEROUX

Message par dorgda » 13 mars 2013, 16:49

Incroyable mais nous n'avions pas de topic de notre jeune Sud-af préferé jusque la :o
Du coup je corrige le tir avec a la clé ce petit article sur lui
Le Roux: de plus en plus français
Publié le 13/03/2013 à 16:11, mis à jour le 13/03/2013 à 16:11
Bernard Le Roux, le troisième ligne d'origine sud-africaine du Racing a crevé l'écran à Montpellier. Débarqué à 20 ans à Paris en 2009, il se verrait bien en bleu.


Racing Métro 92Les Racingmen ont frappé fort dans l’Hérault: huitième victoire consécutive et avantage psychologique pris sur un concurrent direct à la qualification. La performance fait réfléchir sur le potentiel de l’équipe francilienne et la profondeur de son banc. Ceux qui ne suivent pas au jour le jour les Ciel et Blanc ont été impressionnés par un gaillard au nom tellement français qu’il vient de l’hémisphère Sud. Le troisième ligne Bernard Le Roux a débarqué en Île-de-France l’année de la montée en Top 14. Il avait 20 ans et pas de réputation particulière. "Je jouais pour la province du Boland, à côté de la Western Province. Mais je n’ai jamais été sélectionné. J’ai été contacté par les Lions en Super 14 mais je suis venu pour voir quelque chose de nouveau. Au début, j’avais signé pour trois mois puis je suis resté. J’adore Paris…" A côté des turbulences de la vie sud africaine, la capitale lui semble un havre de paix. Le voir timide après la rencontre contrastait avec l’intensité qu’il mit dans chacune de ses interventions pendant les cinquante-deux minutes qu’il a passé sur la pelouse: deux interventions décisives sur les deux essais, des plaquages telluriques et deux ou trois explications, les yeux dans les yeux, avec ses adversaires.

"Je l’appelle "Machine" car il a une capacité physique au-dessus de la moyenne. Son activité et la force de ses impacts sont monstrueuses. Depuis deux ans, il connaissait des variations de poids. Mais depuis le début de la saison, il s’est stabilisé et il est d’autant plus performant", détaille Antoine Battut, autre flanker du Racing-Metro qui ne jouait pas vendredi. "Il est partout sur le terrain, au plaquage et deux secondes après à mes côtés au soutien offensif. Il se fait très mal. Je crois qu’à Biarritz, il a fini à vingt-cinq plaquages", diagnostique Jonathan Wisniewski.

Le vivier sud-africain

La montée en puissance de Le Roux est aussi le symbole de cette géopolitique des clubs français qui cherchent de plus en plus à assimiler des éléments issus des immenses viviers sudistes: Simon Raiwalui, entraîneur adjoint du club explique: "C’est parfois difficile de faire venir des jeunes Français. Pendre des étrangers est une alternative intéressante en tenant compte des règles au sujet du JIFF*. Quand on voit comme Bernard est en train gagner en consistance. Il peut désormais être efficace tout au long d’un match à partir de son premier point fort la défense. Et dans le maniement du ballon, il s’améliore de jour en jour."

Vérification faite, le Racing le compte désormais dans le quota stratégique des JIFF puisque à son arrivée, Bernard le Roux a intégré le centre de formation des Ciel et Blanc: "Oui, je suis JIFF, j’ai passé trois ans ici comme espoir. Et c’est vrai que mon rêve serait d’être sélectionné pour la France. Mais il me reste tellement à travailler. Quand je suis arrivé ici, je n’étais qu’un jeune joueur. J’aimais le contact mais je devais apporter plus avec le ballon." Quand il mit le pied pour la première fois dans l’Hexagone en septembre 2009, il était accompagné d’un homonyme au physique opposé au sien: Willie Le Roux. Cet ouvreur ne fut pas conservé par le Racing-Metro et, pourtant, il fait aujourd’hui les beaux jours des Cheetahs, en Super 15. Le vivier sud-africain ressemble à une corne d’abondance: la tentation est trop forte pour le rugby français de ne pas s’y abreuver, quitte à détourner légèrement l’esprit de la réglementation des Jiff et rester une terre d’accueil.

* Est considéré JIFF tout joueur qui a passé trois ans dans un centre de formation agréé, ce qui est le cas de Bernard Le Roux. Son statut doit être officiellement validé par la Commission mixte FFR/LNR.
Je lui souhaite de finir chez les Bleus et de gagner plein de titres avec nous ;)

Budapest85
Messages : 438
Inscription : 04 mai 2010, 21:49
Localisation : Paris

Re: Bernard LEROUX

Message par Budapest85 » 13 mars 2013, 22:28

Avec un nom pareil il a un certainement un bon vieux pédigrée français (fin XVIIème / XVIIIème).
Bref il a fait un retour aux sources en venant au Racing. Un vrai ptit Français!!! Enfin Grand en l'occurrence!

Avatar de l’utilisateur
Racingmec
Administrateur
Messages : 4269
Inscription : 15 sept. 2009, 09:07
Localisation : Dans les travées du stade "Yves du Manoir"

Re: Bernard LEROUX

Message par Racingmec » 14 mars 2013, 21:15

Un bel article effectivement...

Cette année, j'ai vraiment l'impression qu'il est train de passer un cap cette année, Gonzalo lui a (et lui) fait confiance et bien lui en a fait, il prend une autre dimension dans cette troisième ligne ciele et blanche, et si le club pouvait lui permettre d'endosser un jour le maillot frappé du coq, et bien ça serai plus que mérité pour ce joueur parti de chez lui à 20 ans (quand même...)

Fan de ce joueur !!!
Nos valeurs :
Combat, passion, solidarité, courage, convivialité, respect, pudeur

Fier d'être racingman

jb190967
Messages : 353
Inscription : 06 oct. 2012, 21:17

Re: Bernard LEROUX

Message par jb190967 » 05 juin 2013, 22:18

Heyneke Meyer a titularisé pour le match de samedi contre l'Italie Willie Le Roux au poste d'arrière, s'agit-il du joueur qui était arrivé au Racing avec Bernard Le Roux et dont on disait qu'il était son frère ?

AbaRa
Messages : 5533
Inscription : 08 déc. 2009, 23:50

Re: Bernard LEROUX

Message par AbaRa » 05 juin 2013, 23:10

jb190967 a écrit :Heyneke Meyer a titularisé pour le match de samedi contre l'Italie Willie Le Roux au poste d'arrière, s'agit-il du joueur qui était arrivé au Racing avec Bernard Le Roux et dont on disait qu'il était son frère ?
Oui il s'agit du 2nd LeRoux qui était venue en temps que joker médical de Andrea Masi, en même temps que Bernard LeRoux joker médical de Galindo.

Mais Willi LeRoux n'aura pas eu sa chance avec les pro, jouant seulement avec les espoirs, il est donc reparti dès que Masi fut rétabli.
Les 2 joueurs était très jeune, à peine 20 ans, et Bernard LeRoux a très fortement impressioné le staff lors de ces match avec les espoirs et a eu ça chance avec les pro.
Willi LeRoux, lui jouait à l'ouverture et à l'arrière. le staff recherchait une pépite au poste d'ouvreur (bien qu'il soit joker d'un centre). Après 2 saison en Vodacom Cup (championnat sud-africain qui a lieu en même temps que le super rugby), il intègre la province des cheetah et devient l'ailier titulaire puis il revient au poste d'arrière. Ces 2 saison de titulaires avec les Cheetahs lui ouvre les portes des Spingboks.


Par compte il n'a jamais été dit qu'ils étaient frère.

jb190967
Messages : 353
Inscription : 06 oct. 2012, 21:17

Re: Bernard LEROUX

Message par jb190967 » 06 juin 2013, 09:29

Merci bien pour l'info, concernant le lien de parenté, j'ai crû lire un jour sur un forum quelconque qu'ils étaient frères, mais il s'agissait probablement d'une erreur.
Au sujet de l'ascension fulgurente de Willie Le Roux jusqu'à devenir l'arrière des Springboks, je trouve qu'il est vraiment dommage de ne pas avoir gardé ce joueur au Racing.
Je n'ai pas encore vu de match des Cheetahs cette année, mais il parait que Willie est vraiment devenu la terreur des lignes arrières dans Super XV.
Il aurait peut-être fait une très bonne alternative à JM Hernandez.

dorgda
Messages : 8995
Inscription : 27 déc. 2011, 17:36

Re: Bernard LEROUX

Message par dorgda » 13 juin 2013, 15:23

All Blacks-France : Le Roux, cœur bleu
Aligné d’entrée par Philippe Saint-André, Bernard Le Roux connaitra, samedi contre la Nouvelle-Zélande (9h35), sa première sélection sous le maillot bleu. A 23 ans, le troisième ligne d’origine sud-africaine a hâte de représenter son pays d’adoption.

Thomas de Saint Leger, avec Laurent Depré, à Christchurch | rmcsport.fr | 13/06/2013

© AFP
Première en Bleu samedi pour Bernard Le Roux
Bernard Le Roux a déjà porté le maillot bleu. C’était mardi dernier, devant sa famille, contre les Auckland Blues. Mais pour sa première « vraie » cape, le joueur du Racing-Métro se mesure à un adversaire d’un tout autre calibre : les All Blacks. Ce baptême, le « Springbok » d’origine l’attend avec impatience : « Je suis vraiment très excité. Depuis que je suis tout petit, je veux être international. Ça fait des années que je travaille pour ça. Aujourd’hui, c’est une réalité, je réalise mon rêve. En plus, c’est un grand match contre la meilleure équipe du monde », confie-t-il, dans un français encore hésitant. Car il ne faut pas se fier à son patronyme: Le Roux n’a posé ses valises à Paris qu’en 2009, en provenance des Border Bulldogs d’East London, dans son pays natal.
A l’époque, personne n’imagine voir ce jeune joker sud-africain du Racing Métro un jour sous le maillot frappé du coq. Personne sauf lui : « Quand je suis arrivé en France, c’était l’un de mes objectifs. L’année dernière, j’aurais pu revenir en Afrique du Sud, mais c’est à ce moment-là que j’ai pris la décision définitive de rester et de jouer pour les Bleus.». Quatre ans et près de 80 matchs disputés sous le maillot ciel et blanc plus tard, Le Roux reçoit donc sa première convocation, pour la tournée en Nouvelle-Zélande.
« Ici, c’est top ! »
Au-delà du maillot, c’est toute la culture française que Le Roux a embrassée. La France, celui qui s’est retrouvé de lointaines origines dans la région nantaise s’y sent d’ailleurs comme chez lui « C’est un pays top pour moi. La cuisine, les vins… Ici, c’est top ! Je suis vraiment très heureux à Paris. » Et en bon joueur de rugby, le Roux connait ses classiques sur les Bleus : « Je suis encore un jeune joueur, j’ai seulement 23 ans, donc je ne connais pas encore tous les anciens joueurs du XV de France, mais je connais l’Histoire de cette équipe. Je sais d’ailleurs qu’il y a une grande tradition de duels entre la Nouvelle-Zélande et la France. Je veux rentrer dans ce groupe depuis tout petit ».
Pour sa grande première, samedi matin, Le Roux pourra d’ailleurs s’époumoner en VF avant le coup d’envoi : son apprentissage de la Marseillaise, travaillé depuis quelques mois avec son professeur de français, arrive à son terme. Son histoire avec les Bleus, elle, ne fait que commencer.

Avatar de l’utilisateur
Racingmec
Administrateur
Messages : 4269
Inscription : 15 sept. 2009, 09:07
Localisation : Dans les travées du stade "Yves du Manoir"

Re: Bernard LEROUX

Message par Racingmec » 15 juin 2013, 11:32

En tous cas malgré la rouste, il aura été l'une des rares satisfactions malgré un début de rencontre délicat, un bon élément pour l'avenir, c'est bien...
Nos valeurs :
Combat, passion, solidarité, courage, convivialité, respect, pudeur

Fier d'être racingman

dorgda
Messages : 8995
Inscription : 27 déc. 2011, 17:36

Re: Bernard LEROUX

Message par dorgda » 15 juin 2013, 11:39

Racingmec a écrit :En tous cas malgré la rouste, il aura été l'une des rares satisfactions malgré un début de rencontre délicat, un bon élément pour l'avenir, c'est bien...
Totalement, il fera parti des Garcons a suivre la saison prochaine ;)

Anonyme du 92
Messages : 1037
Inscription : 04 sept. 2014, 15:13

Re: Bernard LEROUX

Message par Anonyme du 92 » 17 nov. 2014, 20:26


XV de France - Bernard Le Roux s'installe chez les Bleus et veut devenir "le meilleur du monde"
AFP - Publié le 17 novembre 2014

Belle surprise de ces tests de novembre, Bernard Le Roux confirme son très gros potentiel et commencer à s'installer durablement chez les Bleus.
Plaqueur invétéré et travailleur acharné, le troisième ligne Bernard Le Roux s'est fait une place par son activité défensive au sein du XV du France, où il veut désormais prendre davantage de responsabilités en attaque. Il s'est forcément régalé samedi contre l'Australie, où la France a essentiellement défendu en seconde période. "Oui, j'aime bien plaquer, le jeu physique, le combat et faire avancer l'équipe en défense par un bon plaquage", confie Le Roux (25 ans, 10 sélections), plus gros plaqueur face aux Wallabies (15 plaquages). "Trois fois par semaine, je travaille mes plaquages. Parfois, je rate un ou deux plaquages, et ça m'énerve. Donc je bosse énormément (ce secteur)", ajoute-t-il avant d'affronter l'Argentine samedi. Peu étonnant quand on est né en Afrique du Sud et qu'on mesure 1,96 m pour 112 kg. Enfant, sa mère, qui l'appelle "La Machine", s'inquiétait d'ailleurs moins pour son fils que pour ses adversaires. C'était avant qu'il débarque au Racing-Métro en 2009 comme joker médical sous l'ère Pierre Berbizier, avec un autre le Roux, Willie, "son meilleur pote" aujourd'hui étoile montante des Springboks et du rugby mondial. Willie est reparti après avoir peu joué, car "il s'est blessé" selon Berbizier, en raison de la concurrence d'Andrew Mehrtens et de Jonathan Wisniewski d'après Bernard Le Roux.

" J'ai plus confiance"
Lui est resté, devenant le premier "Jiff" (jeune issu des filières de formation) étranger à jouer pour le XV de France, en juin 2013 en Nouvelle-Zélande. Depuis, Le Roux a fait doucement son trou puisqu'il vient d'enchaîner cinq titularisations. "Cela fait presque deux ans que je suis là, je suis ami avec tous les joueurs, on blague bien. J'ai plus confiance", souligne-t-il. "Au début, je ne parlais pas trop pour me concentrer sur mon boulot. (Aujourd'hui) si je trouve que quelque chose est bien, ou pas, je le dis. J'essaie de prendre des responsabilités, donner mon point de vue". Cette importance grandissante au sein du groupe commence à se ressentir sur le terrain. Samedi, Le Roux a ainsi été, derrière Damien Chouly, le joueur français qui a pris le plus de ballons en touche, où il a "énormément progressé". "C'était ma 10e sélection, c'était plus facile. Je suis moins stressé, plus concentré sur le jeu. Mais je peux encore progresser au niveau offensif. Cette saison, j'ai beaucoup travaillé mon jeu offensif avec le Racing, où je suis plus leader. Je dois plus porter le ballon en équipe de France".

" Devenir le meilleur du monde"
L'entraîneur des avants Yannick Bru acquiesçait la semaine dernière: "Bernard est un joueur jeune et a une marge de progression importante sur le plan offensif. Il ne faut pas l'enfermer dans un seul rôle défensif". S'améliorer relève presque de la règle de vie pour Le Roux, qui souhaite "devenir le meilleur numéro 6 ou 7 du monde" et a pour cela sa méthode: "Depuis tout petit, chaque semaine j'écris mes objectifs personnels avant un match. Et après je me note", révèle troisième ligne, qui s'est attribué un "7,5/10" samedi. "Il a une capacité de travail énorme, est très réceptif aux conseils, très professionnel. Surtout, il est très ouvert au monde extérieur, différent par rapport aux autres jeunes de sa génération", explique Pierre Berbizier. Cette ouverture d'esprit et une incapacité à rester en place le poussent à voyager dès qu'il a un week-end de libre, comme en novembre 2008, lorsqu'il avait fait 24 heures de car depuis Amsterdam pour assister à la victoire de la France contre... l'Argentine à Marseille (12-6). "Je ne peux pas rester tranquille une journée chez moi ! Il faut tout le temps que je bouge". Hyperactif, il l'est aussi sur le terrain.

Répondre