Bernard LEROUX

Pour parler d'un joueur en particulier ...
Gorkh
Messages : 2856
Inscription : 14 sept. 2009, 00:19
Localisation : Montrouge

Re: Bernard LEROUX

Message par Gorkh » 17 nov. 2014, 21:47

J'aime beaucoup sa façon de se mettre une petite pression. Devenir le "meilleur du monde", c'est pas quelque chose qu'on entend souvent de la part d'un rugbyman français. Ca parle de "rivaliser", "devenir champion du monde". Il a de l'ambition, c'est bien. C'est sans doute la chose la plus importante à avoir pour devenir réellement le meilleur du monde.

Beck
Messages : 39
Inscription : 16 oct. 2014, 14:15

Re: Bernard LEROUX

Message par Beck » 18 nov. 2014, 16:10

J'adore ce mec. Il a tout pour lui, il est véloce, puissant, travailleur et ambitieux. Il m'impressionne de plus en plus chaque année. Et j'adore cette attitude reflété dans cette interview.
C'est avec des joueurs comme lui que nous pourrons toucher le bouclier. J'espère qu'il restera le plus longtemps possible au club et qu'il deviendra notre capitaine.

Robb Stark
Messages : 926
Inscription : 15 sept. 2009, 12:48
Localisation : Rueil Malmaison

Re: Bernard LEROUX

Message par Robb Stark » 19 nov. 2014, 12:03

D'accord avec tout ce que vous dites. J'ai aussi et surtout l'impression qu'il s'assagit et canalise son aggressivité pour la mettre au profil du jeu. C'est vrai qu'on aimerait le voir avoir plus le ballon en EdF, pour que les gens commencent reellement à se rendre compte de son activité, pour qu'il s'affranchisse d'etre trop sur le meme creneau que dussautoir, qui reste encore aujourd'hui difficilement bougeable en EdF. Parcequ'une 3 ligne Leroux Dussautoir + X, ca sonne aujourd'hui trop defensif, même si mobile.
Il doit prendre la suite de Dussautoir! Et j'espere qu'il le fera..

Antonin
Messages : 1129
Inscription : 09 sept. 2013, 22:24

Re: Bernard LEROUX

Message par Antonin » 08 févr. 2015, 10:07

Gros match de Bernard hier :shock: Il était partout ! Très actif en défense (16 plaquages) souvent au soutient pour déblayer dans les rucks ou faire avancer les copains . Bonne présence en touche et sur les groupés pénétrants mais surtout il a fait avancer l'équipe en portant le ballon sans le faire gicler au contact ( c'était son défaut au RM92) .
Il commence à prendre une autre dimension ! En tout cas il m'a une fois de plus impressionné , on le connaît tres actifs sur le plan offensif mais il commence a s'affirmer en attaque .

Antonin
Messages : 1129
Inscription : 09 sept. 2013, 22:24

Re: Bernard LEROUX

Message par Antonin » 21 mars 2015, 22:47

Déçu par Bernard sur ce dernier match il était moins présent moins tranchant et avec plus de déchets .
Je pense que l'enchaînement des matchs l'a rincé, il est cuit. Il va avoir besoin de repos

Avatar de l’utilisateur
plektor
Messages : 3683
Inscription : 05 mai 2011, 08:50
Localisation : Versailles

Re: Bernard LEROUX

Message par plektor » 22 mars 2015, 11:28

Oui un très mauvais match pour lui hier :|

Avatar de l’utilisateur
psy78
Messages : 2119
Inscription : 28 janv. 2010, 12:45

Re: Bernard LEROUX

Message par psy78 » 21 mai 2015, 13:31

Pour avoir cumulé trois cartons jaunes en championnat, le Lyonnais Coenraad Basson et le Racingman Bernard Le Roux ont été suspendus un match.
Image

Avatar de l’utilisateur
plektor
Messages : 3683
Inscription : 05 mai 2011, 08:50
Localisation : Versailles

Re: Bernard LEROUX

Message par plektor » 18 mars 2016, 09:52

Image

Avatar de l’utilisateur
plektor
Messages : 3683
Inscription : 05 mai 2011, 08:50
Localisation : Versailles

Re: Bernard LEROUX

Message par plektor » 10 sept. 2016, 09:00

Aujourd'hui dans l'Équipe.

Le Roux est-il en cage ?

Le flanker du Racing a demarré ses cinq derniers matches en club en deuxième ligne. Contre son gré.

Entre novembre 2009 et mail 2016, Bernard Le Roux a commencé 84 matches avec le Racing. Chaque fois en troisième ligne. Depuis le 5 juin dernier, "Bernie" (27 ans) a été titularisé 5 fois, toujours en deuxième ligne. Faut-il y voir le signe d'un changement de rôle ? "Non, non, non, prévient-il. Je préfère jouer troisième ligne. Je suis troisième ligne. Je l'ai dit à l'entraîneur. Quand j'aurai trente ans passés, quand je manquerai un peu de vitesse, je pourrai me fixer en deuxième-ligne pour durer plus longtemps. Là, c'est plus pour dépanner quand il nous manque des spécialistes."

En juin, il fallait compenser l'absence de Luke Charteris, parti en tournée avec le Pays de Galles, et c'est avec un attelage Carizza-Le Roux que le Racing est devenu champion de France. Aujourd'hui que le géant gallois s'en est allé à Bath, et en attendant que le phénomène fidjien Leone Nakarawa débarque, les coaches du Racing ont encore grand besoin d'un deuxième-ligne à gros moteur et large rayon d'action. Le Roux avait la tête et le physique de l'emploi.

"Bernard ne sera pas fixé en deuxième-ligne, explique Laurent Travers, l'entraîneur des avants. Mais il faut bien comprendre que la typologie de ce poste a changé. Si vous voulez du volument de courses, des qualités de déplacement, il faut s'orienter vers certains types d'athlètes. Vous croyez que [le Néo-Zélandais] Retallick ne pourrait pas jouer troisième-ligne ? Vous croyez que [l'Anglais] Itoje ne pourrait pas jouer troisième-ligne ? ". Et vous croyez que Le Roux ne peut pas briller en deuxième-ligne ?

C'est en équipe de France qu'il fait ses premières preuves à ce poste. "J'avais remplacé Maestri contre les Tonga [novembre 2013], sourit-il. Je n'avais jamais joué là auparavant." Il avait remis ça au Mondial face à la Roumanie et le staff actuel des Bleus priviléfierait désormais l'hypothèse d'utiliser le Sud-Africain d'origine en deuxième-ligne. "Yannick [Bru] ne m'a pas parlé de ça, dit Le Roux. À la Coupe du Monde, en jouant un match entier en deuxième-ligne et en n'étant pas titulaire en troisième-ligne, j'ai raté mon objectif. Je ne veux pas être le remplaçant qui couvre les deux postes. J'ai toujours l'ambition d'être le meilleur troisième-ligne du monde."

"BLR" ne fait pas la tronche pour autant quand on lui apprend qu'il n'aura ni le numéro 7 ni le numéro 6. "Croyez-moi, c'est facile. Il le vit bien", assure Travers. "Si c'est pour aider mes frères, je peux jouer pilier s'il faut, serenchérit le joueur. Mais j'aime être plus libre, courir plus, plaquer plus. En deuxième-ligne, après les mêlées, tu as les jambes lourdes à cause de la pression, c'est plus dur de se déplacer". Mais Bernard, dix plaquages dimanche contre Toulouse, c'est pas du mou de veau ... "Non, mais en troisième-linge, j'en fais entre 16 et 20 !".

Travers reconnaît volontiers que la "mise en cage" de Le Roux répond aussi à des données stratégiques, "en fonction de l'adversaire". Il peut ainsi aligner en même temps les flankers Nyanga et Lauret, ce qui s'est vérifié les cinq fois où Le Roux a commencé deuxième ligne. Conscient de sa double casquette, "Bernie" s'infuse avec grand plaisir des séances de torture supplémentaires. "Je travaille davantage qu'avant en salle de muscu. Les jambes surtout, pour pousser plus fort. Moi, j'aime avoir mal ; c'est bon de sentir ça. Depuis juin, j'ai pris 4-5 kilos de muscle." Il va peut-être falloir songer à doubler les voyages au marché de Rungis. "J'y vais une par mois pour faire le plein de viande". Sûrement pas du mou de veau.

Frédéric Bernès

--

Les deuxièmes-lignes apprécieront les commentaires sur leur poste :mrgreen:

Plus sérieusement, ça pose la question de savoir combien de temps peut-on faire jouer un joueur à un poste où il n'a pas envie de jouer ?
Même s'il dit que ça ne le dérange pas et qu'il le fera s'il faut, "pour l'équipe" ... Inconsciemment son implication ne pourra pas rester la même pour ce poste qu'il ne veut pas pratiquer, c'est naturel.

L'autre point c'est le risque qu'il prenne de la masse, perde en mobilité et se retrouve cantonné dans un profil de "simple défenseur".

dorgda
Messages : 8968
Inscription : 27 déc. 2011, 17:36

Re: Bernard LEROUX

Message par dorgda » 21 oct. 2016, 08:48

Vous disiez avoir une bonne et une
mauvaise nouvelle. Commencez par
la bonne…
Je viens de prolonger mon contrat au Racing.
Je serai donc dans les Hauts-de-Seine jusqu’en
juin 2022. Je mourrai peut-être dans ce club,
qui sait ? (rires) Le Racing est un peu ma seconde
famille. J’avais 19 ans quand j’y suis
arrivé. J’y ai grandi, en quelque sorte.
Aviez-vous d’autres pistes ?
J’ai rapidement dit aux dirigeants que je voulais
rester. J’ai donné mon prix. Ils étaient
d’accord. Il ne fut donc pas nécessaire de
discuter avec d’autres clubs…
Êtes-vous heureux à Paris ?
Habiter Paris, c’est pratique pour l’équipe de
France. Quand tu dois chaque fois venir de
Clermont ou Toulon, c’est la galère ! (rires)
Quel âge aurez-vous en 2022 ?
J’aurai 32 ans ! Si tout va bien, ce sera ma
quatorzième saison avec ce maillot !
Doit-on en conclure que votre pays
n’est plus l’Afrique du Sud mais la
France, désormais ?
Exactement. Avant la fin de l’année 2016,
j’obtiendrai d’ailleurs la nationalité française.
J’étais déjà français dans le coeur. Mais
quand je recevrai le passeport, je le serai
aussi pour l’administration.
Et quelle est la mauvaise nouvelle,
alors ?
Je suis handicapé par une blessure aux ischiojambiers
depuis trois semaines. Lundi matin,
je pensais aller mieux et l’entraînement
s’est bien déroulé. Mais le lendemain, au
bout de vingt minutes, je me suis à nouveau
blessé au même endroit.
Quel est le verdict ?
Le docteur me le dira vite mais je table sur une
déchirure et une indisponibilité de plusieurs
semaines…
Serez-vous rétabli pour la tournée
de novembre, du coup ?
Je ne pense pas, non. Enfin, on verra. Mon
corps se rétablira peut-être plus rapidement
que prévu. C’est rageant, vous savez. Je pensais
jouer à Leicester ce week-end, faire un
bon match de Champions Cup et enchaîner
ensuite sur la tournée des Bleus. […] Ces
trucs-là tombent toujours au mauvais moment.
Trois matchs de plus et je passais en
effet la barre des cent cinquante rencontres
au club !
Vous ne pourrez pas jouer
la revanche contre les All Blacks,
alors ?
Probablement pas… J’aurai peut-être une
autre chance lors de la prochaine Coupe du
monde, qui sait ? Avec Dan Carter, en tout
cas, on s’est toujours dit que le sujet du quart
du Mondial 2015 (62-13) était tabou, au
club… ■

Répondre